Joom!Fish config error: Default language is inactive!
 
Please check configuration, try to use first active language


Warning: Cannot modify header information - headers already sent by (output started at /home/musicara/www/plugins/system/jfrouter.php:300) in /home/musicara/www/plugins/system/jfrouter.php on line 315

Warning: Cannot modify header information - headers already sent by (output started at /home/musicara/www/plugins/system/jfrouter.php:300) in /home/musicara/www/plugins/system/jfrouter.php on line 316

Warning: Cannot modify header information - headers already sent by (output started at /home/musicara/www/plugins/system/jfrouter.php:300) in /home/musicara/www/plugins/system/jfrouter.php on line 317

Warning: Cannot modify header information - headers already sent by (output started at /home/musicara/www/plugins/system/jfrouter.php:300) in /home/musicara/www/templates/ja_purity/ja_templatetools.php on line 48
La "Punta" se danse avec les esprits

Musiques Afro-Caraibes

----------------------------------------------------------------------------

 

La "Punta" se danse avec les esprits

Photographies et Vidéos : Alice Raulo (Honduras, 03/2010)

La Punta est en même temps triste et sensuelle. Dansée en hommage aux défunts, elle célèbre la vie éternelle des ancêtres. Jouée lors des rites funéraires, la punta entretient le lien naturel avec la mort. Elle permet d’accompagner le défunt dans son voyage vers l’autre monde, célébrer le début de sa nouvelle vie d’Ancêtre.

Et pour célébrer la vie, l’homme et la femme exécutent devant le tambour la danse de la fertilité. Sans jamais se toucher, l’homme cherche à se placer au plus près de la femme. Dépasser la mort en donnant la vie.



 

 

Les femmes peuvent commencer leur chant en s’accompagnant uniquement du claquement de leurs mains, avant que les tambours commencent leurs grondements. Le dialogue chanté entre la soliste et le chœur rappelle l’origine africaine, mais le timbre haut et la langue Garifuna viennent du monde amérindien.


Le tambour « primera », dont les fils de métal tendus sur la peau donnent un son si caractéristique, improvise, tandis que le tambour « segunda » maintient la cadence. L´héritage amérindien résonne au son des maracas, et de la conque marine dont le souffle profond traverse la musique.