Musiques Afro-Caraibes

----------------------------------------------------------------------------

 

"Mascaro": la danse guerrière masquée

Photographies et Vidéos : Alice Raulo (Honduras, 03/2010)

Le Mascaro est la danse la plus surprenante et colorée du monde Garifuna, manifestant une vision fantastique de la réalité. Dans leurs robes multicolores, les interprètes bondissent et s’envolent face aux tambours, créant un dialogue de rythme et de mouvement avec les percussionnistes. Le tambour soliste « primera » doit suivre les pas du danseur, pendant que le tambour « segunda » assure la cadence.

Signifiant « masque » en espagnol, le Mascaro est la plus ancienne des danses Garifunas. Elle commémore les exploits des guerriers Garifunas, qui se déguisaient en femmes pour attirer les soldats ennemis, puis les attaquaient avec des lances cachées sous leurs robes. Cette danse est une fierté pour les Garifunas, célèbrant l’esprit de stratège et la victoire contre les colons.

 

Le déguisement unique fait la joie des interprètes : robe fleurie, genouillères « Chin-Chin » cousues de coquillages et sonnant aux bonds du danseur, chapeau coloré décoré de plumes, et surtout masque peint représentant le visage d’une femme blanche. Pour les enfants et les jeunes hommes qui interprètent ces acrobaties, c’est une occasion de montrer leur vitalité à tout le village.


Aussi appelé Iancunnu ou Wanaragua (qui signifie « masque » en Garifuna), le Mascaro est principalement dansé pour Noël et pour le jour de l’An. Les artistes vont alors de maison en maison, offrant leur spectacle contre quelques étrennes. Un des chants interprétés compare le Mascaro et la vie : « Nous ne faisons que passer un moment, et ensuite nous partirons ».